Search
  • Marina Kontara

Affaire Marylin Manson: réponse aux réactions sexistes sur les réseaux sociaux

Solidarité avec Evan Rachel Wood et tous-tes les survivant-e-s. Les courageux-ses survivant-e-s qui s'expriment doivent être soutenu-e-s par un mouvement de la multitude de femmes, de personnes LGBTQI+ et d'hommes qui veulent contester le sexisme et l'oppression sous toutes ses formes.


Par la Campagne ROSA


Avertissement sur le contenu : cet article inclut une discussion sur la violence domestique, les abus et les agressions sexuelles

« Le nom de mon agresseur est Brian Warner, également connu dans le monde entier sous le nom de Marilyn Manson. Il a commencé à me manipuler quand j’étais adolescente et a horriblement abusé de moi pendant des années. On m’a fait un lavage de cerveau et on m’a manipulée pour me soumettre. J’en ai fini de vivre dans la peur des représailles, de la calomnie ou du chantage. Je suis ici pour dénoncer cet homme dangereux et les nombreuses industries qui lui ont permis de devenir ce qu’il est aujourd’hui, avant qu’il ne ruine d’autres vies. Je suis aux côtés des nombreuses victimes qui ne se taiseront plus ».

Evan Rachel Wood a raison de dénoncer la misogynie rampante dans les industries qui lui ont permis et continuent de permettre à d’innombrables autres hommes prédateurs de se comporter comme tel. Le sexisme et les comportements abusifs sont répandus dans toute la société, en particulier chez les riches, les puissants et les célébrités, et plus particulièrement à l’égard des femmes, des jeunes filles et des personnes LGBTQI+ jeunes et vulnérables. Comment peut-on mettre fin à la violence sexiste dans une société si scandaleusement inégale, et où la place de la femme est d’être objectifiée ?

Solidarité avec Evan Rachel Wood et tous-tes les survivant-e-s. Les courageux-ses survivant-e-s qui s’expriment doivent être soutenu-e-s par un mouvement de la multitude de femmes, de personnes LGBTQI+ et d’hommes qui veulent contester le sexisme et l’oppression sous toutes ses formes.


Une avalanche de réactions sexistes sur les réseaux sociaux

Traduction de l’excellent article de la journaliste de Metal Hammer, Marianne Eloise

« Lorsque les allégations d’abus contre Marilyn Manson ont éclaté en début de semaine, cela a déclenché un dangereux récit concernant les victimes des abus sur les réseaux sociaux.

Le lundi 1er février 2021, l’acteur Evan Rachel Wood a rompu des années de silence et a publiquement accusé son ancien partenaire Brian Warner – alias Marilyn Manson – de l’avoir maltraitée pendant leur relation à la fin des années 00. Presque immédiatement, plusieurs autres femmes ont partagé leurs propres expériences d’abus aux mains du chanteur, tandis que le post original de Wood sur Instagram a suscité une vague de soutien et de solidarité de la part de personnes comme l’ex-fiancée de Warner, Rose McGowan, et le guitariste de Limp Bizkit, Wes Borland.

Mais il y a eu aussi un revers à tout cela. Le post de Wood a déclenché un récit tout à fait différent, allant de la désinformation à la misogynie pure et simple. Lorsque Metal Hammer a posté l’histoire sur ses médias sociaux, les réactions ont inclus des soupçons sur la véracité des déclarations, des reproches aux victimes et une quantité inquiétante de « rires », tandis que d’autres ont souligné le fait que Manson a nié les allégations dans une déclaration.

Ces réactions ne sont pas nécessairement toutes misogynes ou malveillantes, mais elles montrent une incompréhension massive de la mécanique des abus. Nous pourrions passer des heures à essayer de convaincre les gens qu’une réponse telle que « les femmes mentent 8 fois sur 10 » est incorrecte, fallacieuse et dangereuse, mais soyons honnêtes : ce genre d’arguments ne change rien.

Au lieu de cela, Metal Hammer a décidé de prendre chacune des idées/arguments et de les ‘déconstruire’. Warner n’est pas le premier musicien à être accusé d’abus, et malheureusement, il ne sera pas le dernier. Il est donc plus important que jamais d’aborder les questions relatives aux abus, à la violence domestique et au viol.


1. Si c’était si mauvais, pourquoi est-elle restée si longtemps ? (elle est même revenue !)

Lorsqu’une femme parle publiquement de la violence domestique, beaucoup se demandent « Pourquoi n’est-elle pas partie ? »

Il est facile, lorsque vous avez votre force, votre estime de soi et votre système de soutien intacts, de penser que si quelqu’un levait la main sur vous, vous feriez vos bagages et partiriez, mais cette croyance ignore les complexités de la violence. La maltraitance est plus que de la violence : c’est un modèle complexe et réfléchi de manipulation qui détruit la confiance en soi et l’indépendance des victimes.

Selon la National Domestic Violence Hotline, une femme quittera en moyenne sept fois un partenaire violent avant de partir pour de bon. Si elle survit, elle ne partira pas du tout. Un article sur le site web de la NDVH énumère 50 des obstacles auxquels les femmes sont confrontées lorsqu’elles quittent leur partenaire – parmi lesquels le déni, les difficultés financières, la peur des représailles, la culpabilité, l’espoir que la victime change et le manque de soutien.

Sharon Bryan est une survivante de graves abus domestiques qui est maintenant experte en la matière et travaille avec le Centre national pour la violence domestique. Elle nous a dit qu’en moyenne, les femmes subissent 50 incidents de maltraitance avant de demander de l’aide, et que celles qui vivent dans des relations de violence à risque moyen ou élevé y restent en moyenne deux à trois ans. Quatre ans, ce n’est pas inhabituel – ce n’est même pas particulièrement long. « J’ai travaillé avec des centaines de femmes qui ont vécu dans des relations extrêmement violentes physiquement et émotionnellement pendant 18 ans et plus avant d’avoir la force de partir », dit-elle. « La menace qui pèse sur les femmes reste très réelle. L’isolement, la honte, la culpabilité, la gêne et le déni sont autant de raisons très courantes pour lesquelles les femmes restent si longtemps dans des relations abusives ».

Julie Owens, consultante en matière de violence contre les femmes, ajoute : « Les agresseurs n’ont pas de relations. Ils prennent des otages. Ce n’est pas une question d’amour. Pour eux, c’est une question de possessivité, de pouvoir et de contrôle. Les victimes s’en vont. Elles partent. Elles sont parties. Elles repartiront. Mais c’est la chose la plus dangereuse qu’une victime puisse faire. »


2. Alors pourquoi tout cela ne sort-il que maintenant, plus d’une décennie plus tard ?

Les abus et les traumatismes sont incroyablement complexes, et si vous souhaitez en savoir un peu plus, les livres sur le sujet sont une excellente introduction. The Body Keeps The Score est une excellente exploration approfondie des effets des traumatismes sur le corps et l’esprit, et des façons dont notre esprit encourage le déni comme mécanisme d’adaptation alors que nous vivons encore ou guérissons d’expériences traumatisantes. Faire face à ce qui nous est arrivé exige une grande sécurité, et il faut souvent des années, voire des décennies, pour que les survivants acquièrent la force nécessaire.

Selon Bryan, les raisons de ne pas se manifester plus tôt sont similaires aux raisons pour lesquelles il faut tant de temps à quelqu’un pour partir : « La peur de ne pas être cru. Des auteurs qui mettent leurs menaces à exécution. Il peut s’écouler des années avant que la/le survivant-e ne se sente « suffisamment en sécurité » pour révéler l’abus.

« Beaucoup de femmes ne veulent pas voir leur agresseur puni », ajoute-t-elle, expliquant que l’amour qu’elles ont ressenti un jour complique leurs sentiments. « La question à se poser est : « Pourquoi n’arrête-t-il pas ?

La capacité des autorités à traiter de tels cas peut également constituer un risque lorsqu’il s’agit de les signaler. « Il y a tellement de malentendus autour de la violence domestique que les professionnels ne savent pas comment soutenir au mieux les femmes qui dénoncent. Cela signifie souvent que les femmes n’ont pas le soutien approprié qui devraient être mise en place pour elles ».

En outre, pour réaliser ce qui « compte » en tant que violence, il faut une réelle connaissance et du courage. « De nombreuses femmes qui ont été violées ou contrôlées par la contrainte ne considèrent pas forcément cela comme de la maltraitance », explique Bryan. « Il peut être très difficile de prouver l’abus une fois que le temps a passé. C’est ma parole contre la sienne, et il se peut qu’elle n’ait jamais signalé la violence à qui que ce soit. Si c’était un contrôle coercitif, il n’y a pas de bleus, pas de preuves. Si elle a été violée, il n’y aura pas de preuves médico-légales une fois le temps passé.

« Toutes ces raisons empêchent les femmes de divulguer. Elles peuvent ne ressentir le besoin de se dévoiler que des années plus tard, si elles découvrent que l’agresseur abuse des autres ».

Si l’agresseur présumé est connu du public, comme dans ce cas, cela complique les choses. « Toutes les raisons ci-dessus sont alors encore aggravées par des sentiments de culpabilité et de honte », dit Bryan, ajoutant que la crainte que les parties les plus intimes de votre vie deviennent propriété publique et ouvertes au débat retarde également la publication des allégations.

Il y a aussi la crainte, ajoute-t-elle, de l’inévitable retour de bâton de la part des fans et des supporters de l’agresseur – le raz-de-marée de commentaires traitant la victime de menteuse. Cela vous semble familier ?


3. Pourquoi cela se passe-t-il sur les médias sociaux plutôt que dans les tribunaux ?

Dans le sillage de MeToo, les détracteurs demandent souvent pourquoi, si c’est si grave, l’accusateur porte son affaire devant les médias sociaux plutôt que devant la police. Il existe quelques réponses à cette question. Premièrement, nous ne savons pas si quelque chose a été transmis à la police ou non. Le fait que les gens en parlent sur les médias sociaux ne signifie pas qu’il n’y en a pas eu – dans ce cas précis, une lettre de la sénatrice californienne Susan Rubio postée sur l’Instagram de Wood indique que le FBI a été officiellement mis au courant des accusations.

Deuxièmement, les condamnations pour viol sont notoirement faibles – en fait, au Royaume-Uni, elles ont récemment atteint leur niveau le plus bas, les poursuites et les condamnations ayant diminué de plus de moitié en trois ans alors que le nombre de viols augmentait.

Les viols et les abus, en particulier entre partenaires intimes, sont difficiles à prouver. Les réalités d’un passage à la police, même si l’on dispose de preuves suffisantes, sont souvent traumatisantes et déshumanisantes. Passer d’une agression à une autre, poser des questions, être parfois traitée avec suspicion, se voir retirer sa dignité – tout cela alors que vous voulez simplement guérir ? Devoir en parler pendant des mois, peut-être même devoir affronter à nouveau votre agresseur ? De nombreuses femmes qui ont été victimes de violences ne sont tout simplement pas assez ‘fortes’.

En particulier dans les cas où l’auteur présumé de l’agression dispose d’une tribune, la rendre publique est la meilleure façon de trouver une justice ou de l’empêcher de faire du mal à quelqu’un d’autre. Bryan a contacté ses anciens clients pour leur demander pourquoi ils avaient choisi cette voie. Le consensus a été que, sur les médias sociaux, les femmes peuvent décider de la quantité qu’elles veulent divulguer. Elles peuvent bénéficier d’un plus grand soutien de la part de leurs amis ou d’autres survivants que dans les tribunaux. Un client a déclaré « Si le système était plus favorable aux femmes, alors peut-être que nous ne ressentirions pas le besoin d’utiliser les médias sociaux pour raconter nos histoires ».

Selon Bryan, en 2020, le NCDV a reçu 96 000 recommandations de la police et des agences de soutien aux familles. Sur ces 96 000 demandes, près de 10 000 victimes de violences domestiques ont pu obtenir une ordonnance de non-violence par le biais des tribunaux civils. Sur ces 10.000, 4.100 de ces victimes n’avaient pas droit à l’aide juridique et ne pouvaient pas payer un avocat pour les représenter et auraient été laissées sans protection, si le NCDV n’avait pas été présent.


4. C’était juste une relation BDSM

Dans sa déclaration, M. Warner a affirmé que « ces récentes affirmations à mon sujet sont d’horribles distorsions de la réalité. Mes relations intimes ont toujours été entièrement consensuelles avec des partenaires partageant les mêmes idées ».

Tout d’abord, couvrons ce qu’est réellement le BDSM : un domaine du sexe qui implique le ‘bondage’ et discipline, domination et soumission, sadisme et masochisme. Beaucoup de vos commentaires font écho à l’idée que tout cela fait partie de ce que quelqu’un peut attendre dans une relation BDSM. Le BDSM, aux yeux de certains, est indissociable de l’abus. C’est fondamentalement faux, mais c’est une fausseté qui a également été utilisée récemment dans le cas des allégations contre l’acteur américain Armie Hammer : les détracteurs affirment que les femmes qui s’engagent dans le BDSM savent dans quoi elles s’engagent.

C’est dangereux. Tous les rapports sexuels sont soumis aux mêmes normes rigoureuses de consentement : il doit être donné librement et peut être révoqué. En fait, les communautés BDSM accordent une grande valeur au consentement, et la communication et les mots sûrs sont un pilier de l’activité BDSM. Choisir de s’engager dans la voie de la ‘bizarrerie’ (kink) ne fait pas de vous une proie facile pour les abus.

Lola Jean, une éducatrice sexuelle et experte en BDSM, a écrit et contribué à plusieurs articles traitant de ce sujet précis : Le consentement n’est pas le nouveau jeu et la frontière entre l’abus et le BDSM sont de bons endroits pour commencer. « Le BDSM n’est pas intrinsèquement abusif, mais tout peut devenir abusif entre de mauvaises mains, et le BDSM est malheureusement une arme couramment mal utilisée », déclare Jean. « Le BDSM est un outil et nous pouvons utiliser cet outil en bien ou en mal. Le BDSM pratiqué de manière inappropriée et sans consentement éclairé peut devenir abusif. Le consentement est plus qu’une simple permission. Il est donné librement, révocable et informé. Cela signifie que toutes les parties concernées sont conscientes et aussi dans une position où elles se sentent habilitées à défendre leurs intérêts ».

Jean ajoute que, dans une véritable relation BDSM, les partenaires s’écouteront mutuellement sur ce qu’ils ont ressenti ou vécu. « Si quelqu’un sort d’une expérience négative, l’autre personne validera idéalement cela et créera un espace pour que la personne puisse le dire », dit-elle, ajoutant que les limites sont impératives. « La capacité et l’espace pour se défendre soi-même sont très importants. Les personnes qui ne se préoccupent que des limites [en surface] d’une expérience ne se préoccupent pas des limites, elles se préoccupent davantage de leur réputation ».

Elle ajoute qu’il est important de se rappeler aussi qu’il n’est pas toujours facile de dire non : « Surtout quand quelqu’un vous a mis dans une situation où il vous semble difficile de le faire. Surtout dans une situation où la dynamique du pouvoir n’est pas reconnue ».


5.Elles le font pour la gloire/argent/pouvoir

Il est difficile d’imaginer que quelqu’un qui répond à des allégations d’abus de ce genre agisse vraiment de bonne foi. Nommez une femme qui est devenue célèbre ou riche en lançant des accusations ? Nommez une personne dans l’affaire Weinstein qui n’était pas célèbre avant mais qui l’est maintenant ? R Kelly ? Bill Cosby ? Il n’y a, à notre connaissance, aucun exemple de femmes auparavant anonymes qui sont maintenant riches, célèbres et qui nagent dans l’influence pour avoir nommé leur agresseur. La réalité est souvent encore plus traumatisante pour l’accusatrice. Elles perdent leur travail, se font harceler sur Twitter, se font doxxer et doivent faire face à des accusations selon lesquelles elles n’ont révélé leur traumatisme que pour un « intérêt » en réalité inexistant.


6. Qu’en est-il des milliers d’hommes qui voient leur vie ruinée par de fausses accusations ?

De nombreux commentaires ont fait référence au fait que « des dizaines de milliers d’hommes voient leur vie ruinée par de fausses allégations chaque année ». Aucun d’entre eux n’a été étayé par des exemples concrets.

Dans le monde de la musique en particulier, nous pouvons penser à une – une seule – fausse allégation qui a affecté la vie de quelqu’un. Le chanteur de Bright Eyes, Conor Oberst, a été accusé d’avoir agressé un fan qui a ensuite admis avoir tout inventé. Mais malgré l’impact négatif sur sa vie, Oberst était désespéré de ne pas devenir un posterboy anti-féministe.

« C’est un sujet délicat pour moi car je ne veux jamais minimiser combien cela arrive aux femmes tout le temps », a-t-il déclaré dans une interview en 2017. « Ils disent qu’une femme sur quatre subira une agression sexuelle dans sa vie, ce qui est complètement fou et déchirant. Aussi douloureuse et surréaliste et aussi merdique que soit ma situation, je ne veux jamais utiliser cela comme exemple pour justifier quoi que ce soit ».

Par ailleurs, pour ce que ça vaut, Oberst continue d’enregistrer de la musique avec Bright Eyes et un certain nombre d’autres projets. Demandez-lui si sa vie a été détruite par de fausses allégations et il est peu probable qu’il soit d’accord.

Bryan ajoute que, même en dehors de l’industrie de la musique, les preuves n’étayent tout simplement pas l’idée que les fausses allégations sont endémiques ou même courantes. Des recherches menées pour le ministère de l’intérieur suggèrent que seuls 4 % des signalements de violences sexuelles sont considérés comme faux. Sur ce total, il est impossible de déterminer combien de ces allégations sont réellement fausses.

La motivation des femmes à mentir dans ce scénario est minime, car le fait de présenter des allégations met en jeu de nombreux éléments : « L’impact potentiel sur leur vie familiale, leur carrière, leur réputation et l’impact sur leurs enfants », déclare Bryan. « Dans certains cas, la perte de leur maison – de nombreuses femmes fuient leur foyer et se réfugient, ne sachant pas quand elles pourront avoir un autre endroit où vivre.

« Pour les femmes qui ont été placées dans ces situations, suggérer qu’elles ont fait de fausses allégations est, très franchement, insultant au mieux, et c’est la raison même pour laquelle les femmes ne signalent pas les abus ».


7. Elles sortent avec Marilyn Manson, à quoi s’attendaient-elles ?

Peu importe le nombre de chansons que quelqu’un a faites, le maquillage qu’il porte ou son image publique « choquante », personne n’est libre de traiter les autres êtres humains comme bon lui semble. Il n’y a pas d’excuse pour les abus et aucune preuve réelle ne vient étayer le satanisme exacerbé, ou un rôle de scène, ou le BDSM, ou des tenues gothiques, avec des relations abusives.

Les personnes qui s’engagent dans une relation devraient pouvoir s’attendre à de l’amour et du respect. Le fait qu’elles le fassent n’indique aucune faiblesse de leur part. Personne, peu importe avec qui ils sortent ou comment ils vivent leur vie, ne se met jamais en position d’être abusé. La seule personne responsable est l’abuseur. »

Article de Marianne Eloise, Metal Hammer